sponsors & partenaires
http://revalisables.blogspot.fr

  
Mot de passe perdu
S'inscrire
   sponsors & partenaires
http://www.ladanse.eu/?p=3618

Dans l'annuaire...

Chorégraphe et danseuse de la compagnie Leavingrøøm. Professeur de danse contemporaine au Conservatoire de Musique et de Danse de Lorient (56).

Professeur reconnue pour avoir formé des danseurs artistes de haute technicité, la chorégraphe Sandrine De Meulemeester, directrice et professeur de l...

Une formation sur mesure : Danse-Chant-Théâtre Vous rêvez de vous former à la comédie musicale ou vous souhaitez devenir un artiste complet pour mett...

Association de production d'oeuvres artistiques dématérialisées et de recherches sur la danse. En constante recherche de nouvelles identités artistiqu...

Un nouveau site qui vous permet d'apprendre la Danse Orientale quand vous voulez et où que vous soyez. Apprendre les mouvements de base, des variatio...

Usquare est une plateforme web proposant de mettre en lumière tous les évènements de danse à travers le monde. Grâce à Usquare, n'importe qui peut raj...



la danse.com


De quelle permanence parle t'on au KLAP ?

4 permanents pour Uzès danse CDC, 7 permanents pour Le Pacifique CDC Grenoble, 8 permanents pour Le Gymnase CDC Roubaix, 8 aussi pour l'échangeur CDC Picardie, 9 permanents pour le CDC Les Hivernales, 10 permanents pour Le Cuvier CDC Aquitaine, 10 aussi pour le CDC Toulouse, 11 permanents pour la briqueterie CDC Val-de-Marne, 16 permanents pour Pôle Sud CDC Alsace

9 permanents pour KLAP, Maison pour la danse

Y a pas un truc qui cloche ?

Car comparons ce qui est comparable, bien sûr, les budgets des CDC ne sont pas comparables à celui de KLAP. Mais attardons nous ici sur les permanences au sein de ces différentes structures. Si vous regardez attentivement, les activités, actions et propositions (liées aux spécificités des permanents) des CDC en regard de ceux de KLAP vous verrez bien des différences notables. De la nécessité de permanents, oui mais pour des propositions et des actions concrètes en rapport au nombre de salariés. Et là KLAP n'est pas à la hauteur ni dans les attentes espérées pour 9 salariés, ni dans les axes et actes d'une maison pour la danse.

Manque évident de :

  • Ressources chorégraphiques, promotion et culture des diversités chorégraphiques (hors spectacle)
  • Rencontres professionnelles, dynamisme et collecte des besoins des acteurs chorégraphiques
  • Médiations de proximité

Et ne m’opposez pas encore et toujours, le manque d'argent s'il vous plaît. Surtout concernant les 2 premiers points "Ressources" et "Rencontres", ces 2 axes d'une maison pour la danse demandent plus de générosité et d'inventivité et surtout de désir des besoins (de ceux qui vous entourent) que de ressources financières. Il faut également savoir déléguer, accepter la compétence à partir d'analyses plus avancées d'autres professionnels.

En clair et par exemple :

Ressources chorégraphiques, promotion et culture des diversités chorégraphiques (hors spectacle) : un espace de promotion des cies et dynamiques régionales (documents, rendez-vous, vidéos...) pour l'instant la promotion est avancée avec numeridanse.tv avec 2 collections très auto-centrées numeridanse.tv/fr/collections/43_klap-maison-pour-la-danse/ et numeridanse.tv/fr/collections/42_kelemenis. Mais aussi proposer simplement des rendez-vous réguliers de vidéos-danse pour la culture chorégraphique des professionnels et des curieux...

Rencontres professionnelles, dynamisme et collecte des besoins des acteurs chorégraphiques : des temps de rencontres et d'échanges avec les professionnels sur les mutations, difficultés et coopérations en devenir des acteurs de la région. Ce n'est pas faire comme si, il n'y avait pas à Marseille et cela depuis 2007 le regroupement AC PACA qui oeuvre sur ces sujets.

Mais pour faire et rendre possible cela, il faut être clairement généreux et à l'écoute de ce qui vous entoure, autant du milieu de la danse que de la société. Il faut également être dans l'envie de prendre part à la construction qu'une nouvelle politique pour l'art chorégraphique est possible (moins pyramidale et plus inclinée vers les coopérations et l'économie sociale et solidaire) et surtout arrêter de croire que l'âge d'or des années 80 va revenir.

Concernant les médiations de proximité, j'ai appris qu'une série de cambriolages à répétition s'était produite au KLAP. Il serait facile d'accuser la proximité et la mise en contact de deux réalités sociales, celle d'un quartier populaire de Marseille et l'apparition d'un dispositif culturel comme le KLAP sur ce territoire. J'aimerais mieux connaître la pensée politique et culturelle du KLAP à propos de la notion bien tangible de territoire. Notion transversale au monde de l'art et de notre époque. La réponse choisie par cette maison de renforcer la sécurité par des grilles inviolables et par des caméras de surveillance, n'est pas sans rappeler la pensée sécuritaire et du rappel à l'ordre si prolixe par les temps qui court.

J'aimerais connaître à partir de quels appuis et outils, avez vous imaginé le projet de rencontre, d'échange, de transmission, de médiation, pour construire un sentiment de confiance et de curiosité. Comment envisagez vous la porosité entre un lieu dédié et un quartier. Entre des pratiques corporelles, des pratiques de danses, et des publics qui n'ont pas forcement accès à ces pratiques. Quels rôles donnez vous à l'émancipation des individus, au vivre bien, à la dynamique commune des groupes humains, comment rêver vous et actez vous la place des artistes et leur responsabilité dans la société ?

Je tenais à vous rappeler les 2 propositions de médiations de TAC [danses] porosité faites à KLAP dès le 18 juin 2012 :

  • susciter la curiosité de ce qui nous entoure, géographiquent, en proximié : Les bancs
  • changer l'angle de l'approche : (Re)transmissions

​Détails de nos échanges :

Philippe Madala - 28 octobre 2014

A lire aussi :



RECHERCHER

sponsors & partenaires
http://revalisables.blogspot.fr

Sommaire par rubrique



les derniers articles

Voir tous les articles