sponsors & partenaires
http://www.ladanse.com/agenda-plus.html

  
Mot de passe perdu
S'inscrire
   sponsors & partenaires
http://www.facebook.com/ladansepointcom/

Dans l'annuaire...

Danse depuis 11 ans et j'en ai actuellement 16. Nombreux spectacle et quelques solo.

Le coaching par la danse permet re devoir sa façon d'être et de penser afin de pouvoir atteindre des objectifs personnels ou professionnels. La coach ...

L'association Courteline, située en plein coeur de Tours (37), propose des cours hebdomadaires de danse pour les enfants, ados et adultes. Pour les ...

Selon l’arrêté du 15 décembre 2006 fixant les critères du classement des établissements d’enseignement public de la musique, de la danse et de l’art d...

Curieux Mouvement est un journal en ligne consacré à la danse rédigé et édité par Lucie Van de Moortel. Vous y trouverez des articles sensibles et cri...

Le portail des danses de couple de Paris et de sa région. Sorties, stages, cours, radios, description des danses et informations variées sur toutes l...



la danse.com


Amor de Charles Lemaire - Avant-première par Nicolas Villodre

Il nous a donc été donné de découvrir à Micadanses, en avant-première, la pièce en cours – travail en progrès, diraient les Anglo-saxons – de Charles Lemaire interprétée par Samuel Dutertre, Amor – titre qu’on est tenté d’associer à Amok, comportement meurtrier, malaise malaisien par excellence. A ce stade de la « restitution », pour reprendre l’expression de l’auteur, nous commençons à avoir une idée, finalement assez précise, de l’avancement du projet comme de sa mise en forme.

Pour cette première œuvre purement chorégraphique – Charles Lemaire n’a eu jusqu’ici que des expériences théâtrales –, l’auteur est parti d’éléments autobiographiques, et pas n’importe lesquels, s’agissant de l’assassinat de son père à Siem Reap, près du Temple d’Angkor, au Cambodge. Cet épisode tragique survenu alors que l’artiste n’a que 17 ans est remémoré en même temps que surmonté sous la forme d’un rituel spécifique dont nous avons perçu des fragments, des signes et des fétiches.

Tout se passe comme si le danseur Samuel Dutertre réincarnait la figure paternelle. Sorti de ses limbes, il erre et déambule sur le plateau. Il se livre à une messe du souvenir derrière un guéridon recouvert d’une natte noire faisant office d’autel en sortant divers objets de leur emballage : une chemise immaculée semblable à celles que portait le père du chorégraphe lors de sa disparition, la reproduction en couleur d’une allée du Temple d’Angkor, un éventail indien d’aspect circulaire, une douzaine de bûchettes blanches symbolisant le vide...

Le danseur passe de l’immobilité à une gestuelle contenue, maintenue, avant de s’agiter dans des spasmes stylisés et de rouler au sol. Il marque ses appuis et a dû longuement préméditer ses poses, exécutées à la manière asiatique, autrement dit, en privilégiant le contact du talon au sol et en esquissant des gestes des mains inspirés des arts martiaux. Certains moments mériteraient selon nous d’être approfondis – on pense à l’utilisation un peu trop légère ou parcimonieuse de l’éventail –, mais la pièce, dont on a eu la primeur, est déjà prometteuse.

Nicolas Villodre - villodre@noos.fr

Photos 1 & 2 © Nicolas Villodre

www.facebook.com/charleslemaireetmoi



RECHERCHER

sponsors & partenaires
http://revalisables.blogspot.fr

Sommaire par rubrique



les derniers articles

Voir tous les articles