sponsors & partenaires
http://revalisables.blogspot.fr

  
Mot de passe perdu
S'inscrire
   sponsors & partenaires
http://www.facebook.com/ladansepointcom/

Dans l'annuaire...

L'Atelier Flamenco Enfants de Toulouse, est une école de flamenco exclusivement dédiée aux enfants et aux adolescents. Elle a pour but de sensibilise...

Chorégraphe, psychopédagogue de formation, Françoise Jasmin a pratiqué et expérimenté de nombreux styles de danses depuis son plus jeune âge, et ce da...

La compagnie de Espace élastique est une micro entreprise. Elle intervient pour donner des cours de danse, barre au solo, gymnastique d'étirement, d...

Ecole de danse pour amateur adulte ou enfant : danse classique , danse contemporaine, danse jazz et barre au sol . Eveil à la danse à partir de 4 ans ...

Danse Magazine - European Dance News est le magazine de toutes les danses. Chaque mois, les comptes-rendus de spectacles, les interviews de danseur...

Apprenez et perfectionner vous dans un large choix de danse ! Intégrer un réseau social avec des actualités de danseurs du monde entier. Gratui...



la danse.com


Portrait :  Francesca Ziviani par Nicolas Villodre

Après être passée par le Conservatoire de danse de Lyon, Francesca Ziviani a été interprète dans nombre de compagnies de danse contemporaine en France, notamment celles de Jean-Claude Gallotta, Olivier Dubois, François Veyrunes et Fattoumi-Lamoureux. Elle a joué dans le film de Philippe Grandrieux, Meurtrière (2015). Elle a réalisé elle-même plusieurs courts métrages de danse et l’un d’entre eux fit partie de la sélection du festival dirigé par Wolfgang Kolb et Roxane Huilmand à Bruxelles, “L’Art difficile de filmer la danse”.

Ainsi qu’elle le prouve une fois encore dans la dernière création du tandem Christophe Béranger-Jonathan Pranlas-Descours (Donne-moi quelque chose qui ne meurt pas), elle bonifie les pièces où elle apparaît. Son interprétation, à chaque fois, est généreuse. La danseuse fascine, en raison, probablement, de ses qualités photogéniques – les clichés en couleur et, surtout ceux, en noir et blanc, pris d’elle par Guy Delahaye pour la compagnie 47.49, sont là pour nous le prouver, si besoin était – et de sa maîtrise technique. Elle se donne à fond à son art sans jamais se laisser aller à la facilité qui, dans son cas, paraît naturelle. Ses solos sont fougueux et intenses en même temps que nets et précis.

Elle fut révélée à nous dans le pas de trois qu’est le Daphnis et Chloé de Gallotta que programma au printemps 2012 Jacques Patarozzi au festival de danse de Cognac et où elle avait la lourde tâche de succéder à Mathilde Altaraz dans le rôle-titre. Nous l’avons admirée dans Chair Antigone de François Veyrunes, œuvre de danse pure, simple d’apparence, exigeante comme une épreuve sportive, découverte à Crolles, près de Grenoble, en automne dernier. L’exactitude, la finesse, la virtuosité de cette danseuse contemporaine doté d’une large palette, nous l’avons retrouvée dans la pièce de Fattoumi-Lamoureux, Masculines, vue en début d’année au Tarmac, avec une prestation mémorable où la jeune femme alternait le chaud et le froid, la lascivité et le paroxysme.

Nicolas Villodre villodre@noos.fr

vimeo.com/user11676156



RECHERCHER

sponsors & partenaires
http://revalisables.blogspot.fr

Sommaire par rubrique



les derniers articles

Voir tous les articles


 Flux d'articles d'ailleurs...