sponsors & partenaires
http://revalisables.blogspot.fr

  
Mot de passe perdu
S'inscrire
   sponsors & partenaires
http://www.ladanse.eu/?p=3618

Dans l'annuaire...

Chorégraphe et danseuse de la compagnie Leavingrøøm. Professeur de danse contemporaine au Conservatoire de Musique et de Danse de Lorient (56).

Professeur reconnue pour avoir formé des danseurs artistes de haute technicité, la chorégraphe Sandrine De Meulemeester, directrice et professeur de l...

Une formation sur mesure : Danse-Chant-Théâtre Vous rêvez de vous former à la comédie musicale ou vous souhaitez devenir un artiste complet pour mett...

Association de production d'oeuvres artistiques dématérialisées et de recherches sur la danse. En constante recherche de nouvelles identités artistiqu...

Un nouveau site qui vous permet d'apprendre la Danse Orientale quand vous voulez et où que vous soyez. Apprendre les mouvements de base, des variatio...

Usquare est une plateforme web proposant de mettre en lumière tous les évènements de danse à travers le monde. Grâce à Usquare, n'importe qui peut raj...



la danse.com


Portrait :  Francesca Ziviani par Nicolas Villodre

Après être passée par le Conservatoire de danse de Lyon, Francesca Ziviani a été interprète dans nombre de compagnies de danse contemporaine en France, notamment celles de Jean-Claude Gallotta, Olivier Dubois, François Veyrunes et Fattoumi-Lamoureux. Elle a joué dans le film de Philippe Grandrieux, Meurtrière (2015). Elle a réalisé elle-même plusieurs courts métrages de danse et l’un d’entre eux fit partie de la sélection du festival dirigé par Wolfgang Kolb et Roxane Huilmand à Bruxelles, “L’Art difficile de filmer la danse”.

Ainsi qu’elle le prouve une fois encore dans la dernière création du tandem Christophe Béranger-Jonathan Pranlas-Descours (Donne-moi quelque chose qui ne meurt pas), elle bonifie les pièces où elle apparaît. Son interprétation, à chaque fois, est généreuse. La danseuse fascine, en raison, probablement, de ses qualités photogéniques – les clichés en couleur et, surtout ceux, en noir et blanc, pris d’elle par Guy Delahaye pour la compagnie 47.49, sont là pour nous le prouver, si besoin était – et de sa maîtrise technique. Elle se donne à fond à son art sans jamais se laisser aller à la facilité qui, dans son cas, paraît naturelle. Ses solos sont fougueux et intenses en même temps que nets et précis.

Elle fut révélée à nous dans le pas de trois qu’est le Daphnis et Chloé de Gallotta que programma au printemps 2012 Jacques Patarozzi au festival de danse de Cognac et où elle avait la lourde tâche de succéder à Mathilde Altaraz dans le rôle-titre. Nous l’avons admirée dans Chair Antigone de François Veyrunes, œuvre de danse pure, simple d’apparence, exigeante comme une épreuve sportive, découverte à Crolles, près de Grenoble, en automne dernier. L’exactitude, la finesse, la virtuosité de cette danseuse contemporaine doté d’une large palette, nous l’avons retrouvée dans la pièce de Fattoumi-Lamoureux, Masculines, vue en début d’année au Tarmac, avec une prestation mémorable où la jeune femme alternait le chaud et le froid, la lascivité et le paroxysme.

Nicolas Villodre villodre@noos.fr

vimeo.com/user11676156



RECHERCHER

sponsors & partenaires
http://revalisables.blogspot.fr/

Sommaire par rubrique



les derniers articles

Voir tous les articles