sponsors & partenaires
http://revalisables.blogspot.fr

  
Mot de passe perdu
S'inscrire
   sponsors & partenaires
http://www.facebook.com/ladansepointcom/

Dans l'annuaire...

Danseur, pédagogue et chorégraphe à travers la compagnie Spiral ’O Vent. Après une formation de musicien et compositeur, il se forme à la danse dans l...

Danseur interprète depuis le début des années 80, il participe notamment aux propositions de Daniel Larrieu, Michel Kelemenis ou Stéphanie Aubin... (...

Le coffret HARADA Nobuo Generative Butô Dance / Live in Bordeaux, est sorti. C’est un coffret collector de l’unique représentation en France en 2017 d...

Break Theater est une association de danse basée sur VIF(38) qui propose des ateliers d'initiation et de perfectionnement pour enfants, adolescents et...

Danse Magazine - European Dance News est le magazine de toutes les danses. Chaque mois, les comptes-rendus de spectacles, les interviews de danseur...

Apprenez et perfectionner vous dans un large choix de danse ! Intégrer un réseau social avec des actualités de danseurs du monde entier. Gratui...



la danse.com


Baryshnikov sens dessus dessous par Nicolas Villodre

Quoi de mieux, pour fêter le changement d’année, que ce one man show de Mikhail Baryshnikov offert par le Théâtre de la Ville@Espace Cardin, conçu, mis en scène et en lumières par Robert Wilson, célébrant le plus grand danseur du siècle passé, Vaslav Nijinski, à travers des extraits de son journal, mixant en off les envoûtantes voix de Wilson et de Lucinda Childs mais aussi, en playback et en direct, celle, polyglotte et juste, de Baryshnikov?

On pourra sans doute être désarçonné par la pièce en raison de la formule cabaretière, voire légère empruntée par Wilson (qui plus est, d’une durée relativement brève pour l’auteur!) ou, comme on dit de nos jours, de son “format” plus que de sa forme désormais habituelle de collage de textes, de musiques, de bruitages, d’images cristallisés en une série de tableaux inexorablement interrompus sans transition, si ce n’est celle d’un simple claquement de doigts artiste et de “cuts” visant à la déceptivité, justifiés pour des raisons rythmiques et non psychologiques, lyriques, dramatiques – même si le metteur en scène a eu recours à l’aide du romancier et essayiste Darryl Pinckney pour la dramaturgie.

Cette relative économie induite par le Journal de Nijinski, livré ici par bribes et ressassements à partir du texte non expurgé publié en anglais par Joan Acocella ainsi que de la traduction française de Christian Dumais-Lvowski contraste avec le soin apporté au traitement polyphonique des voix, qui produisent leur effet de fascination, autant sinon plus que les lumières de Wilson, confiées en l’occurrence au designer A.J. Weissbard, à la B.O. post-stravinskienne de Hal Willner, au motifs surréels inspirés par la composition Flooded Room with Chair (2008) du plasticien et photographe James Casebere et aux hantises expressionnistes du vidéaste Tomek Jeziorski.

Inutile de dire que Mikhail Baryshnikov, guidé dans la prosodie et les mouvements par la comédienne, danseuse et chorégraphe Lucinda Childs, qui lui avait déjà écrit le beau solo Opus One (2003) que nous avions eu la chance de découvrir au BAM, est magistral dans tous les domaines où son art trouve à s’exercer. Il est passé sans encombre du ballet romantique, porté à ses limites par Balanchine, à son contraire : le relâchement et la décontraction à l’américaine, par conséquent, la plus cool qui soit, en principe inaccessible à qui a été formé (déformé?) par la discipline classique, depuis sa collaboration avec Twyla Tharp et son hommage à la Judson de Trisha Brown, Steve Paxton, etc. dans le spectacle Past Forward (2000) que nous avions vu à Bobigny.

La dialectique prend dès lors corps et sens. Le travail et les trouvailles de Wilson, créateur pas moins maniaque que Nijinski, malgré les apparences, porte ses fruits. Le sens et le sang montent littéralement à la tête du danseur d’aujourd’hui comme à celui d’hier. Au finale, le signe vidéo du cygne en son éphémère envol se matérialise et se fige sur scène.

Nicolas Villodre villodre@noos.fr

bacnyc.org



RECHERCHER

sponsors & partenaires
http://revalisables.blogspot.fr

Sommaire par rubrique



les derniers articles

Voir tous les articles