sponsors & partenaires
http://revalisables.blogspot.fr

  
Mot de passe perdu
S'inscrire
   sponsors & partenaires
http://www.facebook.com/ladansepointcom/

Dans l'annuaire...

Danse depuis 11 ans et j'en ai actuellement 16. Nombreux spectacle et quelques solo.

Le coaching par la danse permet re devoir sa façon d'être et de penser afin de pouvoir atteindre des objectifs personnels ou professionnels. La coach ...

L'association Courteline, située en plein coeur de Tours (37), propose des cours hebdomadaires de danse pour les enfants, ados et adultes. Pour les ...

Selon l’arrêté du 15 décembre 2006 fixant les critères du classement des établissements d’enseignement public de la musique, de la danse et de l’art d...

Curieux Mouvement est un journal en ligne consacré à la danse rédigé et édité par Lucie Van de Moortel. Vous y trouverez des articles sensibles et cri...

Le portail des danses de couple de Paris et de sa région. Sorties, stages, cours, radios, description des danses et informations variées sur toutes l...



la danse.com


Igor et Moreno par Nicolas Villodre

Même en anglais, le titre de la pièce du couple artistique Igor & Moreno (Igor Urzelai et Moreno Solinas dans la vraie vie), Idiot-Syncrasy, est bien venu, justement trouvé et correspond parfaitement à leur projet d’alliance entre la gym et la danse, le chant tradi et le minimalisme artistique, le music-hall et l’opéra bouffe.

D’autres langues, plus minoritaires, comme le basque ou le sarde se font entendre dans des chants polyphoniques (en tout cas biphoniques), interprétés avec finesse, entrain, vivacité, sans la prothèse HF habituellement requise, en début et fin de spectacle – le verbe étant, comme dit l’autre, l’orgine de tout. Le geste, qui consiste à marquer le rythme, tapotement d’abord machinal, du bout du pied, par la suite, de plus en plus appuyé, résolu, délibéré, répété ad lib, jusqu’à ce qu’épuisement s’ensuive – ce qui ne viendra jamais – , entraînant à la fois lassitude et fascination chez le spectateur bon enfant, n’est pas que tic dénotant une certain nervosité : amplifié jusqu’à la saltation, il gagne ses éperons et galons de maréchal et devient mouvement dansé.

Rien n’empêchait d’ailleurs les deux adolescents attardés, vêtus de shorts, de baskets et T-shirts chinés au rayon sport d’une grande surface, de s’en tenir là, de ne surtout pas bouger d’un poil ou d’un pouce (suivant qu’on compte en latin ou en anglais), esthétiquement parlant s’entend, de varier ce qu’il faut à partir de cet élément fondamental commun à toutes sortes d’expressions corporelles – Txontxongilo, fandango, jota, tarentelle, lindy hop, ballet académique. Dans le cirque, on garde trace, grâce au cinématographe Lumière d’un trio de clowns-acrobates excentriques (donc britanniques), les trois John, qui étaient adeptes de sauts de toute espèce et enchantaient leur public avec leurs sautillements asymétriques et leurs saltos autrement plus périlleux (cf. Les Anglais en voyage, 1897, vues 375 à 377).

Combiné à d’autres mouvements, ce geste simple d’apparence, essentiel, on l’a dit, à la danse, perd de son sens, voire de sa pertinence. Il fonctionne, certes parfaitement, avec les tours de derviche qui ont en avec lui en partage le principe obsessif, vertigineux, libérateur. Un peu moins, nous semble-t-il, avec d’autres, comme les chassés-croisés facilitant toujours les déplacements rapides en diagonale. Plus du tout lorsque les deux compères s’exercent à la danse sérieuse – de tendance contemporaine. De ce fait, le finale se traîne quelque peu, ne présente plus la moindre surprise, offre peu de gags dignes de ce chaleureux duo qui ne tarde pas à se mettre le public dans la poche en lui offrant l’apéro, en sus de sa sueur et ses larmes.

Nullement rancunière, l’audience a fait un triomphe aux duettistes.

Nicolas Villodre villodre@noos.fr



RECHERCHER

sponsors & partenaires
http://revalisables.blogspot.fr

Sommaire par rubrique



les derniers articles

Voir tous les articles