sponsors & partenaires
http://revalisables.blogspot.fr

  
Mot de passe perdu
S'inscrire
   sponsors & partenaires
http://lart-trose.blogspot.fr/

Dans l'annuaire...

Chorégraphe et danseuse de la compagnie Leavingrøøm. Professeur de danse contemporaine au Conservatoire de Musique et de Danse de Lorient (56).

Professeur reconnue pour avoir formé des danseurs artistes de haute technicité, la chorégraphe Sandrine De Meulemeester, directrice et professeur de l...

Du 23 juin au 7 juillet, le 37e Festival Montpellier Danse présente un instantané de la danse dans le monde et vous donne rendez-vous avec les grands ...

Mutualité, association, assurance, réciprocité, société, solidarité, syndicat, tontine... La M.A.C. - Mutualité des Acteurs Chorégraphiques propose...

Apprenez et perfectionner vous dans un large choix de danse ! Intégrer un réseau social avec des actualités de danseurs du monde entier. Gratui...

Un nouveau site qui vous permet d'apprendre la Danse Orientale quand vous voulez et où que vous soyez. Apprendre les mouvements de base, des variatio...



la danse.com


Du côté de Nogent par Nicolas Villodre

La commune du Grand Est Nogent-sur-Seine était jusqu’ici connue pour son île Olive, son déversoir, ses canaux, ses moulins hydrauliques, ses silos agro-alimentaires et les tours jumelles les concurrençant, les deux réacteurs de la centrale nucléaire la plus proche de la capitale, contestée en son temps, lorsqu’elle y fut implantée, à la fin du règne de Mitterrand, qui crée comme un malaise à la descente du train. Elle l’est désormais pour son Musée Camille Claudel, inauguré fin mars 2017, substitué à celui consacré à Paul Dubois et Alfred Boucher, les deux sculpteurs ayant formé la sœur géniale et au destin tragique du grand écrivain catholique, monument bicéphale, à échelle humaine, structuré sur trois niveaux par l’architecte Adelfo Sacaranello suivant le circuit éducationnel souhaité par Françoise Magny.

La conservatrice du musée, Cecile Bertran, et le service culturel municipal avaient prévu diverses festivités pour célébrer l’inauguration de ce nouveau et magnifique musée, parmi lesquelles une création chorégraphique signée Joëlle Bouvier, faisant appel à trois excellents jeunes danseurs rompus à la danse contemporaine, Olivia Caillaud, Emilio Urbina et Paul Girard, une blonde incarnant la jeune gamine aux cheveux, à ce qu’il paraît, “auburn” et deux barbus, comme il était de mode au temps de la IIIe République – et l’est toujours à celui de la Ve finissante. L’événement a eu lieu dans la tour d’ivoire faisant office d’auditorium, au troisième étage du bâtiment, un espace lumineux surplombant tous les autres ou presque, donnant une idée de la topographie environnante, surtout par temps clair, comme cela a été, miraculeusement, le cas.

La bande-son de ce pas de trois était poignante, qui mixait cris d’oiseaux, anatole de cordes d’un orchestre de chambre, bruits naturels, voix féminine, celle de Bouvier elle-même, nous a-t-il semblé, lisant une des lettres les plus connues de Camille demandant à sa mère sa “libération” de l’asile où celle-ci et son frère avaient pris la mesure de la cloîtrer. La danse, d’une dizaine de minutes, est subtile, tout en douceur, une suite de gestes au ralenti qui font à leur tour écho aux sculptures claudéliennes ou à celles de ses collègues à barbe, telles qu’on peut les admirer dans la salle consacrée aux Représentations du mouvement ou bien dans celles inspirées, précisément, par la danse (cf. le groupe intitulé La Valse, par exemple, sans parler des figurations des gestuelles serpentines de Loïe Fuller).

De nombreux portés de la jeune femme, de la sorte manipulée en tous les sens du terme, viennent souligner et rythmer la chorégraphie. Malgré tout, malgré l’insuffisante hauteur de plafond limitant la saltation, l’espace du podium servant de scène, la lumière a giorno et le moment peu propice à la méditation ou à l’expression du tragique, le ballet fonctionne pleinement. Il se clôt comme commencé : la danseuse, assoupie ou anéantie, est allongée et voilée telle un nymphe par une envoloppe translucide et irisée.

Nicolas Villodre villodre@noos.fr

Photos © D.R.



RECHERCHER

sponsors & partenaires
http://www.ladanse.eu/?p=3618

Sommaire par rubrique



les derniers articles

Voir tous les articles