sponsors & partenaires
http://www.ladanse.com/aceder2018.html

  
Mot de passe perdu
S'inscrire
   sponsors & partenaires
http://www.ladanse.com/aceder2018.html

Dans l'annuaire...

Danseur pour l’Akram Khan Dance Co, au CCN de Bourgogne pour A-M. Reynaud, dans les compagnies de V. Dupont, J-F. Duroure, L. Hoche, G. Caciuleanu, P....

Enseignement des danses indiennes folkloriques et modernes des régions de l’Inde. Pour l.association Masti Punjab Di portée sur la culture indienne. ...

Découverte tu apprentissage danses indiennes folkloriques et modernes. Cours et stages Bollywood Fit, remise en forme par la danse indienne, se déf...

Pavel Trush, ex danseur du Bolchoï et de l’Opéra de Lyon, a ouvert EDAC LYON - Espace Des Arts Chorégraphiques - , anciennement « Studio Alain Astié »...

Curieux Mouvement est un journal en ligne consacré à la danse rédigé et édité par Lucie Van de Moortel. Vous y trouverez des articles sensibles et cri...

Le portail des danses de couple de Paris et de sa région. Sorties, stages, cours, radios, description des danses et informations variées sur toutes l...



la danse.com


Concours de jeunes chorégraphes de Bordeaux 2018 par Nicolas Villodre

Depuis le concours des Archives internationales de la danse créé en 1932 par Rolf de Maré en mémoire de Jean Börlin, le chorégraphe des Ballets suédois, habitude a été prise d’organiser à travers le monde des compétitions de danse, pour la plupart ouvertes au public. Grâce à Yves Mousset et au Ballet de Biarritz, il nous a été donné d’assister à la finale de la seconde édition du Concours de jeunes chorégraphes de Bordeaux qui s’est tenue le 27 mai 2018 à l’Opéra national de Bordeaux. Le « Pôle de coopération du Grand Sud-Ouest » constitué d’Eric Quilleré, à Bordeaux, et de Thierry Malandain, à Biarritz, était renforcé pour l’occasion par Bruno Bouché, directeur du Ballet du Rhin.

Néoclassique contemporain

Cette manifestation veut faire découvrir les « talents classiques et néo-classiques » d’aujourd’hui et de demain et « accompagner l’émergence de jeunes chorégraphes ». Six pièces d’une quinzaine de minutes chacune nous ont été présentées sur la scène du « grand théâtre » girondin prérévolutionnaire (datant de 1780). Des quarante auteurs de treize nationalités différentes ayant fait acte de candidature, une petite poignée a été retenue à l’issue de la présélection. Le jury était composé d’Ingrid Lorentzen (directrice du Den Norske Opera & Ballet), Jean-Christophe Maillot (Ballets de Monte Carlo), absent, son vol ayant annulé au dernier moment pour raisons techniques, Elke Schepers (danseuse du Nederlands Dans Theater), Bruno Bouché, Thierry Malandain et Eric Quilleré.

Deux des six courts ballets n’ont eu l’heur de convaincre ni jury ni public ayant décerné son propre trophée. Ao redor (Autour) de l’Italien Marioenrico D’Angelo, destiné à un quintette mixte (trois filles, deux garçons : Tabea Wittulsky, Stacy Aung, Keiko Okawa, Raymond Pinto et Luigi Sardone), mi-classique, mi-folklorique, accompagné de chansons brésiliennes d’une bossa qui, jadis, fut « nova », a peut-être été jugé languissant au moment le plus propice à la sieste. Moments Within (Champ, sur le), signé du talentueux Néozélandais Craig Davidson a souffert d’un double handicap : d’une part, malgré son titre mallarméen, l’œuvre s’est avérée d’un classicisme absolu, de l’autre, chorégraphe et danseurs ont dû essuyer les plâtres du programme à un moment où l’attention n’était jamais suffisante. Admirablement composé, spécialement créé pour l’événement, le pas de six (interprété par Christian Bauch, Lee Sangeun, Vanessa Feuillatte, Nicole Muratov, Pierre Devaux et Jérémie Neveu) n’a pu se distinguer des autres travaux. C’est dommage. Sans doute aussi injuste.

Toute ressemblance avec un personnage ayant existé...

Tel n’a pas été le cas du duo transalpin œuvrant dans la péninsule ibérique, Mattia Russo et Antonio de Rosa, qui ont conclu la matinée en interprétant à leur façon de L’Après-midi d’un faune de Nijinski. Somiglianza (Ressemblance) s’écarte peu de l’original, ainsi qu’annoncé par le titre. On n’est plus dans l’esprit novateur de la danse académique insufflé par les Ballets Russes ; le seul changement significatif est la transformation des nymphes en sirènes parées pour un ballet nautique d’Esther Williams (Amejandro Moya joue un faune flegmatique tandis que se quatre partenaires, Claudia Bosch Fernandez, Giulia Russo, Astrid Bramming et Pilar Fernandez, arborent des maillots de bain d’un bleu-vert métallisé). Grâce à cet exercice de style, le tandem a obtenu la résidence de création du Ballet du Rhin. Les Labilités amoureuses de Julien Guérin (dansé par Victoria Ananyan, Maude Sabourin, Alessandra Tognoloni, Daniela Delvecchio, Christian Assis et Georges Oliveira) est plus spectaculaire, bien reçu par une audience sensible au déploiement athlétique des jeunes gens, à la technicité et à la vivacité d’ensemble. Il a remporté le Prix du public, qui est aussi celui de la Fondation de la danse.

Persona, la pièce au titre bergmanien pouvant se référer tout aussi bien au masque de théâtre antique, composée par le Polonais Robert Bondara pour un trio (Dagmara Dryl-Anczykowska, Adam Myslinski et Pawel Koncewoj) lui a permis de toucher le jack-pot, autrement dit les 15.000 € du Prix de Biarritz et de la Caisse des dépôts et consignations. Rien à dire, la récompense étant, selon nous, largement méritée, quoique certains esprits chagrins aient pu qualifier celle-ci de « pantomime » – expression qui, au temps antique, ne faisait qu’une avec la danse. La grande triomphatrice du cru bordelais 2018 a été la belle Biélorusse Ludmilla Komkova. Un nom facile à retenir et dont on réentendra certainement parler. Son ballet a pour titre No One ; il est parfaitement structuré et idéalement dansé (par John Ramon, Masayoshi Katori, Tatsuki Takada, Kristin Bjerkestrand, David Cahier et Clémentine Herveux) ; il a obtenu deux distinctions : le Prix des « Professionnels » et le permis de produire un nouvel opus qui sera programmé à Bordeaux dans les années à venir.

Nicolas Villodre villodre@noos.fr

Photo 1 Moments Within © Jean Couturier / Photo 2 Les Labilitées amoureuses © Jean Couturier / Photo 3 Ludmilla Komkova et un fan © Nicolas Villodre

www.concours-de-jeunes-choregraphes.com



RECHERCHER

sponsors & partenaires
http://www.ladanse.com/aceder2018.html

Sommaire par rubrique



les derniers articles

Voir tous les articles