sponsors & partenaires
http://www.ladanse.com/agenda-plus.html

  
Mot de passe perdu
S'inscrire
   sponsors & partenaires
http://www.ladanse.eu/?p=3618

Dans l'annuaire...

Chorégraphe et danseuse de la compagnie Leavingrøøm. Professeur de danse contemporaine au Conservatoire de Musique et de Danse de Lorient (56).

Professeur reconnue pour avoir formé des danseurs artistes de haute technicité, la chorégraphe Sandrine De Meulemeester, directrice et professeur de l...

Une formation sur mesure : Danse-Chant-Théâtre Vous rêvez de vous former à la comédie musicale ou vous souhaitez devenir un artiste complet pour mett...

Association de production d'oeuvres artistiques dématérialisées et de recherches sur la danse. En constante recherche de nouvelles identités artistiqu...

Un nouveau site qui vous permet d'apprendre la Danse Orientale quand vous voulez et où que vous soyez. Apprendre les mouvements de base, des variatio...

Usquare est une plateforme web proposant de mettre en lumière tous les évènements de danse à travers le monde. Grâce à Usquare, n'importe qui peut raj...



la danse.com


Babel XIII

A bè don kè - Elle danse

  • Vidéo - projet de A-SO © 2011
  • Durée : 20 minutes Format : 4/3 Couleur


A bè don kè

A bè don kè - signifie - elle danse - en bambara, langue nationale du Mali

Le film, tourné en octobre 2010, reconstitue à travers la mémoire de ceux qui y ont assisté, un spectacle de danse contemporaine donné par la chorégraphe française, Barbara Sarreau, au Centre Culturel Français de Bamako le 4 juin 2010. Ce film interroge le travail mémoriel de l’oeuvre chorégraphique du point de vue du spectateur.

Gotha, Sidi, Alioune Bâ, Ismael Samba Traoré, Karamouko, Maïmouna Diarra, Mohamed Coulibaly, Shonata Koné, tous africains et habitants de Bamako, danseurs, garagiste, photographe, écrivain, retraité, gérant de bar, n’ont pour la plupart jamais vu de spectacle de danse contemporaine (la danse des blancs). Qu’ont-ils vu ? De quoi se souviennent-ils ? Quel impact ce spectacle a eu sur eux ?

Mon intention est non seulement de restituer la perception de cette pièce par des spectateurs africains n’ayant jamais vu de danse contemporaine, mais aussi de chercher ce que peut révéler d’un point de vue culturel le caractère partiel, ou partial, de l’inscription mémorielle de l’oeuvre du point de vue du spectateur : “Par là nous toucherions peut-être au point le plus vif et le plus évanescent, le plus réel et le plus fantomatique, de ce qui peut se nommer “survie” quand à l’oeuvre chorégraphique. En une forme de transcendance extrême, l’oeuvre s’identifierait à l’ensemble des souvenirs (multiples, hétérogènes et lacunaires) de son événement”. (Frédéric Pouillaude – Le désoeuvrement chorégraphique – Étude sur la notion d’oeuvre en danse. (VRIN)

Venant de la photographie, j’ai choisi de cadrer mes sujets à la manière de portraits photographiques. La vidéo me permet de donner la parole à ceux que je photographie.
"La parole que nous enregistrons est historique et alimente notre patrimoine" R.Depardon.

babelprocess.e-monsite.com



RECHERCHER

sponsors & partenaires
http://www.ladanse.eu/?p=3618

Sommaire par rubrique



les derniers articles

Voir tous les articles